Oups !
Votre navigateur est trop ancien. Il ne permet pas une expérience optimale sur notre site.
Pour découvrir l'univers Wolfberger, nous vous conseillons de mettre votre navigateur à jour, ou d'utiliser plutôt Google Chrome ou Mozilla Firefox.

Retour sur les bonnes pratiques de taille

Deux sessions de formation organisées par le service technique Wolfberger ont permis d'éclairer les vignerons sur les bonnes pratiques de taille.

Les mois de janvier et février sont importants pour les vignerons Wolfberger puisqu’ils correspondent à la période de taille des vignes. Cette étape étant primordiale, le service technique Wolfberger a organisé une journée de formation afin d’éclairer les viticulteurs sur les bonnes pratiques de taille !

 

La taille des vignes : une étape cruciale

Le vignoble alsacien doit faire face depuis maintenant quelques années à une irrégularité des millésimes tant en quantité qu’en qualité. Ces irrégularités peuvent s’expliquer par des aléas directs durant l’année écoulée (sécheresse) mais peuvent aussi découler de problèmes plus anciens.

 

Quels sont les facteurs d’irrégularités ? 

  • Le climat : il impact l’année en cours mais aussi les suivantes (le potentiel de fleurs et donc de fruits est défini l’année précédant la récolte),
  • Les maladies du bois : elles touchent principalement les cépages sensibles comme le Gewurztraminer & le Riesling. Elles peuvent causer des dommages importants allant jusqu’à 7-8% de mortalité des pieds à l’année,
  • Les ravageurs et maladies cryptogamiques (mildiou, oidium, botrytis…)
  • L’entretien du sol & les méthodes de taille.

La vigne est comme un être humain dans le sens où celle-ci mémorise ce qui s’est passé les années précédentes et réagit en conséquence les années suivantes. C’est pourquoi la taille est une étape bien plus complexe qu’elle n’y paraît. En effet, une mauvaise taille affectera la vigne sur de nombreuses années et sera préjudiciable à la longévité de la parcelle.

Pourquoi tailler ?

La taille permet de :

 
– pérenniser le pied de vigne, favoriser un bon enracinement
 
– limiter l’allongement du bois : la vigne est une liane qui nécessite d’être taillée si l’on veut en obtenir un rendement raisonnable et qualitatif,
 
– réduire le nombre de bourgeons afin de garantir une expression végétative équilibrée,
 
– limiter le développement des maladies du bois.

Tailler des jeunes vignes, pas si simple !

Le saviez-vous ? Une vigne est considérée comme « jeune » durant les 7 premières années de sa vie. Elle peut être mise en production à partir de la 2ème année suivant sa plantation.

 

La vigne, comme un être humain, possède des « veines » dans lesquelles passe la sève, nécessaire à l’assimilation de l’eau et des éléments minéraux indispensables à sa croissance. Sans un flux de sève minimum, elle dépérit. Il est ainsi crucial de tailler au bon endroit, au bon moment mais aussi et surtout de la manière la plus adéquate possible afin d’éviter d’obstruer ces flux de sève. En effet, en taillant les vignes, des plaies sont réalisées créant des cônes de dessèchement (barrière de défense naturelle créée par la plante pour se protéger des champignons) pouvant entraver le flux de sève et provoquer – si mal réalisée – un phénomène d’abandon et à terme, la mort d’une partie ou de la totalité du pied de vigne. C’est pourquoi la taille de la vigne est une étape complexe et primordiale.

 
 

TAILLE

 
 

Pour le bon développement de la vigne dans ses premières années, il est impératif que le flux de sève soit le plus direct et indemne de nécroses possible. Durant les 3 premières années de développement de la vigne, il faut ainsi la « diriger ». Plusieurs méthodes de taille sont aujourd’hui préconisées : la taille Guyot (à simple ou double arcure) et la taille Guyot Poussard.

 

 

 

Le mode de taille des Vignes

 

 

La méthode Guyot Poussard

La méthode Guyot Poussard est une adaptation de la taille Guyot classique (comme pratiquée en Alsace, en Bourgogne et à Bordeaux par exemple) permettant :

 
– la conservation de l’équilibre du cep d’année en année,
 
– de réaliser toutes les plaies de taille du même côté de la charpente (face supérieure des troncs), et donc préserver au maximum l’intégrité des flux de sève
 
– et ainsi de diminuer fortement la mortalité des pieds.
 
 

Elle consiste à former deux bras (cornes) avec courson (petite baguette à 2 yeux francs) et baguette (1 ou 2 selon la vigueur du pied) en plaçant le courson toujours sous la baguette et sur le flux de sève.

    Capture

Plus d'actualités

Wolfberger vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année !

Toute l'équipe WOLFBERGER vous souhaite un Joyeux Noël !

En savoir plus

Des fêtes en majesté !

Grâce au Crémant Révérence IX format MAGNUM !

En savoir plus
Découvrez les caves et boutiques Wolfberger

Wolfberger

6 Grand'Rue
68420 Eguisheim

Téléphone

+33 (0)3 89 22 20 20

+33 (0)3 89 23 47 09

Email

contact@wolfberger.com

Follow us on

Folgen Sie uns

Retrouvez Wolfberger
sur Facebook

Retrouvez Wolfberger
sur Google

Follow Wolfberger
on Twitter

Retrouvez Wolfberger
sur Youtube

Retrouvez Wolfberger
sur Instagram

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.